Go to top

ERWAN FROTIN SIGNE LES AFFICHES DES SPECTACLES DE LA SAISON 2016-17

Lorsque l’Opéra de Lausanne m’a proposé de travailler sur sa saison 2016-2017, j’ai été très intéressé par le projet de faire varier l’idée de narration dans une série d’affiches conçues simultanément.

Suite à sa première représentation historique, tout opéra est destiné à être interprété, à travers les siècles, par de nombreux artistes, dans des sociétés différentes, à des époques différentes, avec des goûts, des esthétiques, des volontés différentes. Le potentiel de sa composition originale va se déployer dans le temps, à travers les talents de metteurs en scène et d’interprètes toujours différents. Chaque opéra existe par le spectre sans fin de toutes ses formes changeantes, comme autant de réincarnations d’une seule et même âme, à la destination inconnue.

Pour ce projet, j’ai eu envie de travailler avec des photographies que j’avais déjà produites il y a longtemps, ainsi qu’avec de nouvelles photographies, produites en 2016, spécialement pour ce projet.
Envisager cette série d’affiches comme un axe de symétrie sur lequel se rencontreraient, au présent, des images anciennes et des images nouvelles. De la même manière que les premières trouveraient dans ces affiches un nouveau domicile, les secondes pourraient trouver, beaucoup plus tard, une seconde vie, dans un autre contexte.

Pour débuter photographiquement avec cette logique d’assemblage, j’ai cherché à exprimer quelque chose de connu, emblématique de chaque oeuvre du programme, ainsi qu’une simplicité propre à laisser ouvert le sens de ces images. Pour le graphisme, j’ai collaboré avec Emmanuel Crivelli dont la liberté de style lui a permis de s’adapter à la variété des niveaux de narration apportés par les photographies. Nous avons essayé d’atteindre ensemble une unité à partir d’un choix d’images intrigant et d’un graphisme aussi séduisant qu’une langue qu’on ne comprend pas, mais dont on apprécie la sonorité.

Des discussions autour des oeuvres à présenter sont nées ces sept affiches. Elles peuvent évoquer des documents d’origine incertaine : peut-être des couvertures de romans de science-fiction, ou des livrets d’opéra d’une époque inconnue. Ces essais visuels ne dévoilent pas l’art vivant que le spectateur découvrira sur la scène de l’Opéra de Lausanne. En marge des représentations de la saison 2016-2017, ce sont des fenêtres qui invitent les spectateurs à se pencher sur leur propre espace poétique, peut-être même à s’y perdre un peu.

Erwan Frotin